[ Par Thomas VERCRUYSSE ]

La voiture électrique est à la mode, tout le monde en parle, tout le monde en veut, toutes les marques font leur voiture électrique. C’est un phénomène qui surfe sur la mode du vert et du développement durable, dont s’empare tous les hommes politiques. Mais est-elle aussi verte qu’on veut bien le dire ?

La voiture électrique un phénomène de mode 
La première voiture électrique est apparue en 1899 – avant la voiture essence -, mais sa popularité remonte très fortement à la hausse depuis 5/6 ans. En effet avec le réchauffement climatique, le thème du développement durable est devenu un thème majeur de notre société, même si des personnages comme Trump ne le comprennent toujours pas, mais ceci est une autre histoire. La voiture électrique surfe alors dessus, chaque marque de voiture commence à sortir sa voiture électrique, de plus en plus performante, avec une durée d’autonomie de plus en plus forte pouvant atteindre jusqu’à plus de 600 kilomètres sans rechargement pour certaines Tesla. Mais lorsqu’on achète une voiture électrique, plus qu’acheter une voiture, on achète une chose écologique qui ne fera pas de mal à notre planète. Et pourtant…

Une voiture également très polluante
Contrairement à ce que pense la majorité des personnes, la voiture électrique pollue. Et cela malgré toute la communication qu’il y a autour de son écologie et des aides de l’Etat pour en acheter (pour l’achat d’un véhicule électrique, vous pouvez bénéficier d’un bonus de 6000 euros). En effet on a l’impression que la voiture ne pollue pas car elle ne fait pas de bruit, pas d’odeur et ne rejette pas directement de gaz d’échappement. Avant même d’avoir parcouru le moindre kilomètre sur la route, la voiture électrique a déjà du plomb dans l’aile. Lorsque la voiture sort de l’usine, la voiture électrique a déjà beaucoup plus pollué que la voiture à énergie fossile, et cela notamment à cause de sa batterie. Effectivement, les batteries sont composées de métaux rares, dont l’extraction est dangereuse pour la nature, constituant ainsi un risque écologique, et rejette du CO2.

Plus polluante ?
Mais une fois que la voiture électrique est sortie de l’usine, la donne change. En effet, elle émet très peu de gaz à effet de serre et l’électricité pour recharger ses batteries peut provenir d’origine nucléaire (un risque grave pour l’environnement avec les déchets ou les catastrophes nucléaire) ou bien avec des centrales à charbon comme en Allemagne et en Chine. Dans ce cas, l’impact écologique est beaucoup plus grand. Selon certaines études, sur un cycle de vie de 150 000 km, la voiture électrique va émettre 9 tonnes de CO2 contre 22 pour un véhicule diesel et 27 pour un véhicule essence. Dans certains pays qui marchent encore beaucoup au charbon, la voiture électrique est plus polluante que celle de la voiture conventionnelle.

Dans tous les cas, avec la voiture électrique on a donc un déplacement de la pollution des villes jusqu’aux campagnes, où sont situées les usines, ce qui pose une certaine question d’éthique.

Mais après existe-il vraiment une solution viable meilleur que celle-ci ? N’est-elle pas pour l’instant la meilleure solution ? Je pense que non, et qu’il suffirait d’améliorer nos transports en commun pour nous pousser à ne plus utiliser nos voitures. Dans tous les cas, il est temps de se rendre compte que l’avenir de nos enfants se joue maintenant.