[ Par Alice GALLAIS ]

De plus en plus de jeunes l’affirment, dès l’âge de 12 ans, leur rêve, c’est de devenir youtubeur. Un youtubeur c’est une personne qui publie régulièrement des vidéos, sur la plateforme internet YouTube, qui lui génèrent une rémunération plus ou moins importante selon leur popularité. D’après l’étude de Defy Media, 56% des 13/17 ans se verraient bien youtubeurs. Mais pourquoi observe-t-on un tel engouement autour de YouTube de la part des jeunes ?

L’effet « meilleur ami »
Avec près de 15 heures par semaine passées à regarder des vidéos sur YouTube, les jeunes se sentent proches de leur youtubeur favori, ils trouvent en eux une proximité et une intimité qu’ils n’ont pas avec les personnalités de la télévision. Il est plus facile de s’identifier à une personne qui raconte sa journée ou fait des blagues devant une caméra plutôt qu’à un acteur de série télé. Pour des enfants ou adolescents qui seraient moqués à l’école, timides, regarder des vidéos ou en faire peut constituer une échappatoire. Beaucoup de youtubeurs affirment avoir commencé à se filmer dans leur chambre lorsqu’ils étaient jeunes, pour se sentir mieux, avec une caméra médiocre avant de « faire le buzz » et de gagner leur vie grâce à leurs vidéos. C’est pourquoi il y a toute une génération de jeunes qui se dit, pourquoi pas moi ? Gagner plus que bien sa vie en se filmant dans sa chambre et en faisant ce qui nous plait, ça fait rêver mais à quel prix ?

Le danger du « bad buzz »
Un « bad buzz » c’est un phénomène de bouche à oreille négatif qui prend souvent naissance sur les réseaux sociaux à la suite d’une maladresse d’une personnalité. Lorsqu’on est suivi par des millions de personnes sur internet, la moindre erreur a des conséquences beaucoup plus importantes que dans la vraie vie, à cause notamment des réseaux sociaux, et cela peut avoir des effets dévastateurs sur le youtubeur concerné, d’autant plus sur les jeunes. La youtubeuse beauté EnjoyPhoenix Marie en a fait les frais. A titre d’exemple, elle a une fois présenté sur YouTube un masque maison à base de cannelle pour le visage qui a provoqué des réactions cutanées chez plusieurs abonnées. Cette peur du « bad buzz » met la pression aux youtubeurs qui doivent produire sans arrêt du contenu de qualité tout en paraissant sympathiques et même beaux pour les youtubeurs beauté. On le voit dans les vidéos, les youtubeuses s’excusent lorsqu’elles ne sont pas maquillées ou qu’elles ont un bouton sur le visage. 

YouTube tend donc à imposer une tyrannie de la perfection mais aussi une uniformisation de la pensée puisqu’on observe que les youtubeurs qui réussissent produisent du contenu similaire : tout le monde joue aux mêmes jeux vidéo, porte les mêmes vêtements, se maquille de la même façon. Il serait dommage qu’un adolescent reste cantonné à cette uniformité et ne s’ouvre pas à d’autres horizons, même si YouTube peut avoir un effet thérapeutique bénéfique et développer un esprit de créativité chez chacun.