[ Par Manon Antier-Baldet ]
Mesdames, messieurs, bonsoir.
 
Je m’appelle Manon, j’ai 14 ans et ce que j’aime c’est le sport, la danse et passer du temps avec mes amis et ma famille. Le sujet de ce concours est a priori très éloigné de mes centres d’intérêts. Non, mais c’est vrai quoi ! 
 
En tant qu’adolescente de 14 ans quand on me parle de démocratie, de loi ou encore de citoyenneté, je ne me sens pas vraiment concernée. Je suis persuadée que la majeure partie d’entre vous est en train de penser que j’abuse et que c’est important de connaître le monde dans lequel je vis, même si je suis mineure. Et c’est vrai ! C’est important ! Je me suis donc penchée sur le sujet… 
 
Désirant approcher au mieux les termes du sujet, j’ai commencée par chercher l’étymologie de ce terme. Démocratie du grec dêmos, “peuple” et kratos, pouvoir, “autorité”. La démocratie est donc le régime politique dans lequel le pouvoir est détenu ou contrôlé par le peuple. 
 
Réfléchissons sur le thème de cette armée En démocratie, la loi c’est moi. Mais… Est-ce vraiment moi ? Et là il y a un mot qui m’a perturbée on me dit : “La loi c’est moi.” sauf que moi je ne peux pas voter, je n’ai pas 18 ans ! Je ne suis pas encore citoyenne française. Je m’interroge en tant que jeune fille de 14 ans. Je n’ai aucune influence sur la loi et pour traiter ce sujet convenablement je dois me mettre à la place d’une personne majeure. 
 
En démocratie, les lois sociétales sont des lois décidées par le peuple qui les fait exister en les respectant. Et si demain matin, tous les Français décidaient de ne plus respecter ces lois… ? Elles cesseraient immédiatement d’exister et la France sombrerait dans le chaos. Ce qui est compliqué avec les lois, c’est que le peuple est constitué de citoyens qui pensent tous différemment. Les idées d’un citoyen ne sont donc pas forcément les mêmes que celles du peuple, et celles-ci peuvent être toutes aussi différents que celle de ses représentants. Les lois qui sont votées sont souvent éloignées de ce que voulait le citoyen au début. Mais en même temps nous sommes 67 millions en France ! Il est strictement impossible de faire passer toutes les lois que souhaiterait chaque citoyen, sans parler du fait que certaines lois se contrediraient. 
 
En démocratie, “La loi c’est moi”. Mais si j’avais vécue à l’époque de ma grand-mère dans les années 1960 où l’avortement était encore illégal ? Ou de sa mère à elle, dans les années 1940, quand c’était un crime contre l’État passible de la peine de mort ? Est-ce que la loi, cela aurait été moi ?! Quand je pense que j’ai du attendre 2013 pour avoir le droit de porter un pantalon. 
 
Et dire que la loi, c’est moi !