[ Par Adrien MONTEIL ]

De nos jours, la solitude est un mal qui touche de plus en plus de personnes. C’est pourquoi certains n’hésitent plus à faire appel à un nouveau concept venu tout droit du Japon : la location d’ami ! C’est ainsi que de nouvelles start-up proposent de louer un ami le temps d’une après-midi ou d’une soirée pour vous accompagner lors de diverses activités.

Les français de plus en plus seuls
Selon une étude du CREDOC, plus de 5 millions de personnes seraient en situation objective d’isolement en France, soit environ 10% de la population. Être en situation objective d’isolement, c’est avoir des contacts très rares (quelques fois dans l’année ou moins souvent) avec des membres de ses réseaux de sociabilité (famille, amis, collègues…). Les facteurs principaux de cet isolement sont la pauvreté, le chômage et l’âge. De plus, ces personnes isolées s’enferment dans un cercle vicieux : plus on s’exclut du monde extérieur, plus on a tendance à se replier sur soit même et à être plus méfiant. Certaines personnes n’ont même pas conscience de leur solitude. D’autres, au contraire, souhaitent la briser.

Louer un ami pour occuper son temps libre
Fort de son succès au Japon, la location d’ami débarque en Europe, et notamment en France. Les sites « book a friend » ou « rent a friend » proposent en effet deux types de services : louer un ami ou devenir un ami à louer. Les tarifs sont à négocier entre l’ami et le loueur, et ils peuvent dépasser les 50€ par heure. Ainsi, vote ami loué vous rejoint pour une partie de tennis, une visite d’un musée, un diner au restaurant, un karaoké… Certaines personnes ayant fait appel à ces services  disent avoir repris confiance en elles après une rupture. D’autres même avouent se sentir plus libres et plus naturelles qu’avec leurs « vraies » amies, notamment au Japon il faut savoir rester plus pudique avec ses proches.

Une pratique qui interpelle
Mais payer une personne pour qu’elle devienne notre ami, est-ce réellement concevable ? Car le sentiment d’amitié suppose un attachement réciproque, une volonté des deux amis de partager du temps ensemble, et ce sans espérer tirer un bénéfice de l’autre. Une personne peut-elle réellement éprouver cela si sa seule motivation est de gagner de l’argent ?

Ce phénomène souligne un point important de notre société. Aujourd’hui, nous vivons dans un monde ultra connecté où les outils pour communiquer avec ses proches sont multiples. Pourtant le sentiment d’isolement se renforce. On peut alors se demander si ces moyens de communication sont réellement fait pour communiquer ou bien pour nous isoler ?