[ Par Vonesa Maxhuraj ]

Les attentats de Charlie Hebdo et du stade de France en 2015 m’ont choqué… j’avais 10 ans. Aujourd’hui, quatre ans plus tard, cela me semble loin et pourtant c’est encore proche. Beaucoup ont dit que les théories du complot étaient la cause de ces attentats : que doit on en penser… ?

La logique terroriste 
Créer la peur est le principe de base du terrorisme. Mais quel est le but véritable de ceux qui commettent des attentats ? Ils semblent souvent égarés, perdus dans leur vie. Ils sombrent dans la violence parce qu’ils ne trouvent pas d’explication aux malheurs du monde. Comme ils souffrent, ils veulent que d’autres ressentent les mêmes douleurs. Ils se laissent convaincre par ceux qui cherchent le pouvoir par la manipulation. Certains de ces terroristes comme le tristement célèbre Chérif Kouachi, ont été mis en prison après avoir commis des crimes de droit commun. Ils y ont rencontré des individus radicalisés qui les ont amené au terrorisme. D’autres se sont laissés persuader qu’ils devaient mourir en martyr pour défendre leurs idées. Le vrai problème est la fragilité devant la manipulation, le manque d’esprit critique devant les théories du complot, qui expliquent que nous sommes tous dominés par un petit groupe de personnes puissantes : Juifs, Francs-Maçons, Illuminati…

 

Bien réfléchir : ça s’apprend 
Pour comprendre le monde, il faut se poser les bonnes questions et identifier les vrais problèmes. Certes, les théories du complot proposent des réponses, mais elles sont trop simplistes pour répondre à la complexité de notre vie.  Elles dissimulent les vraies responsabilités et entraînent des préjugés inacceptables, tels que “ les musulmans sont tous des terroristes puisque les terroristes disent Allah Akbar en commettant leurs crimes ”. En fait, les terroristes sont des personnes qui ont perdu leur amour et leur esprit, la religion n’a rien à voir la dedans. Au fond, le terrorisme est avant tout une conséquence du désespoir, je ne dis pas ça pour le justifier, mais pour l’expliquer. Il ne faut pas entrer dans la méfiance les uns envers les autres. L’opinion publique ne doit pas se laisser manipuler par les actions des uns ou des autres, nous ne devons pas entrer dans ce jeu dangereux pour la démocratie. La vraie menace, c’est d’oublier nos valeurs de solidarité, notre désir d’être unis, de faire partie d’une même société.

 

Des complots, des complots partout ! 
Mais les analystes du complot n’ont pas tout à fait tort : il est difficile de savoir comment se prennent les décisions internationales. C’est sans doute plus pratique de se dire qu’un petit groupe de personnes nous manipule en secret, dans un intérêt égoïste. Dans son ouvrage 50 idées reçues sur l’état du monde (Poche, 2017), Pascal Boniface répond à cela : “ La mondialisation rend le pouvoir plus lointain, difficilement identifiable et entrave ainsi la capacité à le comprendre. (…) Les acteurs internationaux sont si multiples, qu’un seul groupe, fut-il puissant et organisé, ne saurait imposer ses vues à tous . Même l’hyperpuissance américaine n’y parvient pas.” Cela explique que les théories du complot sont sans doute EN cause mais ne peuvent être LA cause d’un phénomène aussi violent que le terrorisme. Car ces explications, parfois délirantes, peuvent dissimuler d’autres causes, bien plus profondes, bien plus réelles, qui minent notre société : le manque de tolérance et de respect de l’autre, le désir de faire du profit au détriment des autres.