• Home
  • /
  • En cours
  • /
  • Légalisation du cannabis au Canada : bonne ou mauvaise idée ?
[ Par Tom OLIVIA ]

Le 19 octobre 2018, le Canada a légalisé l’usage du cannabis récréatif. La production « maison » est toutefois toujours interdite et la vente est strictement encadrée dans plusieurs provinces. Par exemple, un monopole d’état gère la vente du cannabis légal au Québec, c’est la SQDC (Société québécoise du cannabis). L’usage du cannabis reste toutefois assez fortement encadré, on ne peut toujours pas être sous l’emprise du cannabis au volant sous peine d’une amende de 450$ CAD environ. De nombreuses entreprises et les agences gouvernementales ont également fait des règlement intérieurs interdisant de consommer au travail. Le succès de la légalisation a été total, des files d’attente monstrueuses ont été constatées dans les grandes villes canadiennes (Vancouver, Ottawa, Montréal, Toronto, Québec,…) devant les magasins vendant le « pot » le jour de l’entrée en vigueur de la légalisation.

Comparaison avec la France
En France, la légalisation n’est pas du tout d’actualité, bien que l’usage thérapeutique encadré sous ordonnance existe depuis quelques années. Toutefois, l’usage de cannabis est toujours passible d’une amende (et même théoriquement de peine de prison bien que ce ne soit pas appliqué) et sa vente est formellement interdite (forte amende et peine de prison à la clé). Cependant, la France est paradoxalement l’un des plus gros consommateurs de cannabis au niveau européen.

Les précédents dans certains états américains
Après avoir déclaré la guerre à la drogue (« the war on drugs ») sous l’administration Nixon au début des années 1970, l’état fédéral américain a globalement poursuivi une politique de lutte contre l’usage et le trafic des drogues. Toutefois, un certain nombre d’états se sont lancés dans la légalisation du cannabis à usage récréatif au niveau fédéré ces dernières années (Colorado, Nevada, Californie, Oregon, état de Washington, Massachusetts, …). Le succès de ces légalisations a été totale d’un point de vue économique puisque la vente de cannabis récréatif a généré 5,4 milliards de dollars USD de recettes en 2015.

Le débat sous-jacent
Les arguments pour la légalisation :

  • Le trafic du cannabis et l’économie souterraine liée à ce trafic vont disparaître grâce à la légalisation.
  • Argument économique : L’état va récupérer des taxes sur la vente de cannabis, ce qui va générer des recettes fiscales colossales.
  • En terme de santé publique, on peut encadrer la concentration en THC du cannabis vendu légalement et également éviter de vendre un mauvais produit (notamment un produit coupé à d’autres substances).
  • Sur le marché du travail, la légalisation du cannabis peut générer de la création d’emplois (exemple des produits dérivés avec du cannabis type barre chocolatée, bonbons, …).
  • Conception libertarienne : la consommation d’une drogue potentiellement néfaste à partir d’une certaine dose relève du choix individuel des citoyens et l’état n’a pas à intervenir dedans d’où la nécessité d’une légalisation.

Les arguments contre :

  • Le trafic de cannabis sera remplacé par du trafic de drogues plus dures (drogue de synthèse, cocaïne, héroïne, …).
  • L’effet sur la santé publique serait potentiellement dangereux avec une portion de la population qui pourrait vivre « sous drogue » en permanence.
  • La légalisation encourage l’usage de cannabis qui est corrélée à la bascule vers l’usage de drogues dures pour une partie des consommateurs.
  • L’économie souterraine financée par la vente de cannabis serait durement touchée par une légalisation, les individus concernés pourraient se tourner vers une criminalité plus violente (vols, proxénétisme, cambriolages, braquages, …), ce qui menacerait la paix sociale dans certains quartiers sensibles.

 
Dans tous les cas, le débat peut prendre une dimension morale voire quasi philosophique et il est difficile voire impossible de pouvoir trancher objectivement.