[ Par Selma Hindi ]

En France, depuis quelques années, un fléau se développe, prend de l’ampleur, de la notoriété, et peu à peu devient normal dans l’opinion publique. Ce fléau, ou plutôt ces fléaux, ce sont les programmes télé du type « The Voice Kids », ces émissions qui mettent en avant des enfants, parfois très jeunes, pour faire de l’audience.

Mais tu vois le mal partout ! 
Cette émission sert à faire découvrir de jeunes talents au grand public pour que, adultes, ils puissent envisager une carrière musicale. Vous ne voyez pas le problème ? Je vais vous expliquer. D’abord, comment est construite ce genre d’émission ? Il faut un jury composé de trois ou quatre chanteurs de variété plus ou moins oubliés, un public influençable, prêt à s’émouvoir chaque fois qu’un enfant de 6 ans reprendra une chanson de Michel Sardou. Mais aussi des téléspectateurs assidus et des candidats triés sur le volet, de 6 à 15 ans, mignons comme tout, dont l’un d’eux est éventuellement aveugle ou gravement malade… ça émeut les gens. C’est évidemment sous une couche mielleuse de bienveillance et d’émerveillement exagéré que se déroulent ces télé-crochets. On ne peut pas réellement blâmer les gens qui regardent ces émissions, elles vendent du rêve et réussissent à gommer les aspects négatifs de la compétition (jalousie, déception, orgueil). Il est logique que cela fasse de l’audience pour l’attrait compréhensible que l’humain a pour tout ce qui embellit le monde réel.

Des petits anges attendrissants 
Ces jeunes candidats ameutaient plus de 3 millions de spectateurs en 2017 et 4 millions en 2018. Ils ont de 6 à 15 ans, et sont présentés comme de petits prodiges. Déjà, dans cette phrase il y a un souci. Etre passionné par quelque chose à 6 ans, c’est peu courant, d’autant qu’en général, un enfant de 6 ans est encore en pleine découverte de la vie, des gens autour de lui, de l’école, ou de ce qui pourrait éventuellement, devenir une passion. Ce qui met mal à l’aise quand on regarde ces émissions, c’est la maturité que semblent développer ces enfants. Finalement, on les fait « jouer aux grands ». Cette émission est destinée à des candidats adultes à l’origine, et The Voice Kids en est un dérivé. Les enfants imitent leurs stars préférées. Pensez-vous qu’un individu aussi jeune possède la maturité nécessaire pour être connu ? Quand on voit les ravages que la célébrité peut faire à des adultes sensés, on se demande pourquoi quelqu’un a eu l’idée un jour de faire de si jeunes enfants des vedettes. Tout est orchestré de manière stratégique. Chaque détail, chaque réaction, tout est fait pour que les téléspectateurs soient complètement attendris par ces enfants, incroyablement mignons, naïfs et talentueux. On va jusqu’à choisir à leur place les chansons qu’ils interprètent : un enfant de 8 ans ne va pas avoir de lui même l’idée de chanter une chanson de Serge Lama !

Une question d’éthique 
Lorsque vous regardez ces émissions, vous augmentez leur audience et leur part de marché, réfléchissez alors à l’image perçue par ces enfants. Sans parler d’exploitation, il n’est pas difficile de se rendre compte qu’ils sont utilisés comme des produits, des bêtes de foire, et que personne ne pense que ce sont avant tout des humains très jeunes. On entend parler d’eux pendant leur succès passager, pour tomber vite dans l’oubli, rapidement remplacés par d’autres mignonnes petites stars destinées à alimenter en continue les émissions de divertissement.