[ Par Salomé Collin-Palut ]

 

Avec la manipulation génétique, nous sommes aujourd’hui à l’aube d’une nouvelle ère amenant des réponses, mais aussi des questions inédites concernant la manipulation du cycle de la vie.

 Prénatal
Les futurs parents choisiraient leur enfant sur catalogue à partir d’éléments proposés par les généticiens : couleur des yeux, des cheveux. Pour que tous ces gènes soient inclus dans son génome, il faudrait faire une manipulation sur les cellules des parents reproducteurs. L’implantation des gènes modifiés peut se faire, dès aujourd’hui, comme aux États-Unis, par Fécondation In Vitro.

Vie
L’enfant naîtrait et grandirait comme les autres. Néanmoins, il serait suivi avec beaucoup d’attention dans sa croissance pour vérifier que les manipulations génétiques correspondent aux attentes des parents. Il y aurait de leur part une inquiétude permanente et constante notamment lors de maladies de l’enfant (si maladie il y a), ou lors d’accidents. L’enfant devient investissement. Ainsi défini par ses parents (de manière génétique) sera-t-il libre ?

Mort
Nous ne savons pas dans quelles circonstances nous mourrons. Compte tenu des éléments cidessus, nous pouvons déjà dire que la vie sera plus longue, théoriquement, pour certaines personnes dont les gènes auront été manipulés en ce sens.

Qu’est-ce que tout ça a à voir avec la démocratie ?
Il y a des lois qui déterminent ce genre de choses, comme l’interdiction de la Gestation Pour Autrui. Il faut aussi ajouter que si l’enfant a été « programmé » pour obéir à ses parents, pourra-t-il ensuite être en mesure de voter selon SES propres envies et non celles de ses parents ?  Encore un exemple de l’immense responsabilité des parents. Avec

cette manipulation, le nombre d’enfants surdoués augmentera sûrement d’un coup, alors comment classer les personnes « normales » et les personnes nées d’une manipulation génétique ?

Questions
Des interrogations demeurent : doit-on laisser le peuple décider si ces lois doivent être modifiées, supprimées ou conservées ? Qui doit trancher pour cette question : la voie démocratique ou la voie morale (éthique) ? Ce sujet tabou doit-il être abordé ? Sera-t-il possible de faire confiance aux personnes issues de cette manipulation génétique ? Peut-on qualifier les personnes nées d’une MG de « normales » ? Peut-on manipuler génétiquement une personne comme vous et moi ?

Pour construire des réponses
Pouvoir choisir le code génétique implique un nouveau degré de responsabilités. Le pouvoir de la manipulation génétique implique sans doute une grande responsabilité, tout comme le fût le nucléaire…et nous connaissons bien le résultat : Hiroshima… La seule certitude que l’on puisse avoir tient sans doute dans cette comparaison finalement : il y aura toujours des humains ou des systèmes tendant à détourner les avancées technologiques à leur avantage politique. Comme pour le nucléaire, la survie de la démocratie résidera sans doute dans la capacité à maîtriser cette technologie scientifiquement et politiquement.