[ Par La Main aux Fesses ]

La Main aux Fesses fait partie de ces associations qui souhaitent sensibiliser l’opinion publique aux causes féministes. Objectif : donner des clés de compréhension pour traverser le tourbillon médiatique provoqué par l’affaire Weinstein.

Haro sur le harcèlement de rue
En 2016, cinq étudiants en journalisme de Sciences Po Rennes ont créé le collectif La Main aux Fesses. Pendant un an, le groupe s’est focalisé sur la question du harcèlement de rue. Celui-ci touche quotidiennement une population majoritairement féminine et s’exprime sous diverses formes : des « Eh mademoiselle ! » aux menaces envers celles qui ne répondent pas, en passant par la drague lourde et insistante. 
La Main aux Fesses contribue à animer le débat sur cette question, par le biais d’articles diffusés sur Internet. Parmi ces publications, des pistes de réflexion sur les conséquences du harcèlement de rue et sur les solutions à ce problème.
En lien avec George Sand, l’association féministe de Sciences Po Rennes, La Main aux Fesses a conclu un partenariat avec la Mairie de Rennes afin d’investir l’espace public. Le collectif a organisé un événement pour donner de la visibilité à la question du harcèlement. La place Hoche est ainsi devenue, le temps d’une journée, le lieu où s’élevaient des voix issues de divers horizons : des associations luttant contre le harcèlement de rue, des victimes, des activistes, toutes celles et tous ceux se sentant concernés par le sujet.

Libération de la parole
Repris en 2017 par quatre étudiants du même master journalisme, La Main aux Fesses a été érigé en association. Depuis 2017, son action vise à donner une place au « consentement sexuel » dans le débat public. Après l’affaire Weinstein, producteur américain ayant agressé sexuellement plusieurs actrices de cinéma, la parole de ces victimes s’est libérée. Des centaines de comédiennes, chanteuses, stars et anonymes ont témoigné avoir subi des pratiques et actes sexuels non-consentis.
Toujours par le biais d’articles publiés sur le Web*, il s’agit de discuter actualité et consentement afin que l’opinion prenne conscience de la complexité du sujet, souvent traité avec précipitation et relativisme.

Le consentement sexuel en questions
Le consentement soulève diverses questions auxquelles tente de répondre l’association : où commence et où s’arrête-t-il ? Comment le définir, moralement comme juridiquement ? Qu’en est-il du consentement sexuel dans l’imaginaire collectif ? Après la vague #metoo et #balancetonporc, quel espace dans le débat public pour le consentement ? La Main aux Fesses décrypte aussi les débats annexes à la problématique du consentement. Ainsi en est-il de la « zone grise », une expression contestée qui a fait couler beaucoup d’encre dans les médias. Et qu’en est-il du consentement dans la pornographie ?
Chaque semaine, une revue de presse analyse le traitement médiatique de la question du consentement, au gré des sujets d’actualité : le projet de la loi fixant à quinze ans l’âge minimum du consentement, les accusations de harcèlement sexuel envers le ministre Gérald Darmanin, ou l’absence de la notion de consentement dans les cours d’éducation sexuelle.

 

Twitter : @LaMainAuxFesses
Facebook : La Main aux Fesses

 https://lamainauxfesses.wordpress.com