[ Par Claudine David ]

 

Je m’appelle Claudine David, j’ai 55 ans, je suis ingénieure informatique de formation, et travaille au sein d’un grand groupe de télécommunications. Conseillère municipale à Cesson-Sévigné depuis 2008, je suis également élue au Conseil départemental depuis mars 2015.

Qu’est-ce qu’un Département ?
Le Département d’Ille-et-Vilaine est une collectivité locale. Elle est gérée par une administration composée de fonctionnaires et dirigée par un Président, Jean-Luc CHENUT. A ses côtés, siègent des élu.e.s avec des responsabilités qui leurs sont attribuées. Je suis ainsi Vice-Présidente du Conseil départemental, en charge notamment de la citoyenneté et de la démocratie participative.

Une collectivité a besoin de l’expertise des usagers
Nos missions d’intérêt général concernent directement le quotidien des Bretilliennes et des Bretilliens (la gestion des routes départementales ou celle des collèges par exemple). Mais le cœur de notre action relève de la solidarité (personnes âgées, handicapées, insertion, protection de l’enfance…). La volonté de la majorité départementale est de développer la co-construction des politiques publiques. Dans ce cadre, afin que les élu.e.s du Département prennent des décisions adaptées aux besoins et attentes de la population, il est essentiel de mettre en place des dispositifs permettant de recueillir leur parole. Mais également de faire la pédagogie de l’action publique, de ses contraintes budgétaires, réglementaires et partenariales. C’est tout cela que nous essayons de faire vivre ; cette capacité à animer des lieux d’échanges et de contributions, afin de nous permettre de mieux ajuster nos décisions dans un contexte de contraintes financières notamment. Les citoyen.ne.s peuvent à ce jour participer de diverses manières à l’action départementale : contribuer dans des projets liés à des politiques publiques spécifiques, proposer une thématique à traiter par le biais du Droit d’interpellation, être acteur d’un collectif de réflexion dans un des 8 comités consultatifs thématiques (environnement, sport, agriculture…), participer au groupe de réflexion sur le RSA en tant qu’allocataire, participer aux comités d’usagers dans les structures en charge des solidarités…

Les citoyen.ne.s doivent s’impliquer pour créer du collectif
Mais il s’agit aussi d’amener les citoyen.ne.s à être des acteurs à nos côtés. La majorité départementale a ainsi initié une expérimentation afin d’élargir le Dialogue citoyen. Depuis décembre 2018, un collectif de 13 personnes se réunit et prépare une démarche participative. Elle porte sur les services de premiers secours et de solidarités de proximité. Son objectif : questionner l’accroissement des sollicitations auprès des services des pompiers (le SDIS) pour des interventions de « simple » soutien à des personnes isolées. D’autres questions en découlent, se posent telles que : comment les solidarités de proximité pourraient être encouragées : information des habitants, rôle des associations…? Quels outils  pour renforcer durablement le dispositif d’urgence (formation aux premiers secours, dépasser la peur de la première intervention…) ?

En conclusion, ces démarches participatives sont une richesse pour notre territoire en plein développement. Il importe que tous, et les jeunes en particulier, puissent rejoindre nos espaces de dialogue, pour faire part de leurs préoccupations, formuler des propositions et ainsi faire vivre notre Démocratie.