[ Par Rémi Paslier ]

Un musée-mémorial pour les victimes du terrorisme : une priorité ?

Mercredi 19 septembre 2018, Emmanuel Macron assistait aux Invalides à la 19ème cérémonie d’hommage aux victimes des attentats. Il y a annoncé la fondation d’un musée-mémorial pour commémorer les événements tragiques comme les attentats de Paris et de Nice de 2015. Il estime que l’État a déjà fait beaucoup mais qu’ il peut faire d’avantage. C’est là toute la question : la construction d’un mémorial répond-elle aux premiers besoins des victimes et de leurs proches ? Je m’imagine à leur place : je pense que j’aurais d’abord besoin de me sentir protégé, de ne pas vivre dans la peur à cause des terroristes. Je voudrais que les coupables soient identifiés, jugés, punis. Je voudrais aussi être rassuré, être accompagné par un psychologue pour me libérer progressivement de ma tristesse. Certes, un musée-mémorial est utile pour réparer la société, mais il ne faut pas oublier pour autant l’aide individuelle, le soutien qu’il faut personnaliser. Tout coûte de l’argent : alors faut-il construire un musée ou davantage aider les personnes qui ont besoin d’aide ? En politique, il est toujours question de choix et de priorités.