[ Par Loan Abdesselam ]

 

Êtes-vous belle ou beau ? Existe-t-il une beauté absolue ? Beaucoup d’artistes et de scientifiques à travers l’histoire ont tenté de trouver la recette pour représenter le plus bel individu, et ce de façon unanime.

Une définition biologique ?
D’un point de vu biologique, la beauté est simple à définir. En effet, quelles que soient les espèces, il existe des critères de beauté qui permettent à certains individus de se reproduire plus facilement que les autres. En effet, un des objectifs primordiaux d’un être vivant, quelle que soit son espèce, est d’engendrer une descendance. Ainsi, biologiquement parlant, la beauté serait un critère, optimisé tout au long de l’évolution, et qui permettrait de maximiser la reproduction de chaque espèce. Un exemple très parlant est celui du paon. Une expérience a effectivement montré que en retirant les Ocelles (taches rondes et colorées sur la queue) de certains mâles, le nombre de relation sexuelles qu’ils arrivaient à avoir avec les femelles diminuaient de façon significative.

Mais peut-on réduire la beauté à un ensemble de gênes ? En réalité, il est important aussi de noter aussi que l’empreinte génétique ne joue que dans 3% de la symétrie du visage, par exemple. Autrement dit, le mode de vie de l’individu joue un rôle essentiel sur son physique et donc sur sa beauté.

 

 

Une définition artistique ?
Les artistes ont aussi tentés de trouver la beauté absolue afin de sculpter ou peindre l’Être le plus gracieux possible : ils appellent cela les canons de beauté. Par exemple, les grecques de l’antiquité étaient persuadés que la nature, et donc en particulier la beauté, était entièrement régie par les mathématiques.

Dans l’Antiquité, c’est ainsi que Polyclète décrit, dans le traité « le Canon », les différentes mesures relatives qui s’imposent pour obtenir un corps parfait. Par exemple, le torse et les jambes doivent avoir la même hauteur, à savoir trois fois la hauteur de la tête, et le bassin ainsi que les cuisses doivent mesurer les deux tiers du torse.

Par ailleurs, au Moyen Âge, les personnages représentés sont souvent très maigres. Cela est dû au fait que la privation est un acte spirituel important dans le christianisme.

Ainsi, les canons de beauté ont évolué avec les époques mais aussi avec les cultures. Nous remarquons par exemple que lorsque nous calculons le rapport entre la largeur de la taille et la largeur des hanches des stéréotypes de la beauté, il est clairement moins important dans les pays asiatique que dans les pays africains.

Ceci va clairement à l’encontre de la définition biologique donnée précédemment car si cette dernière était vérifiée, nous devrions avoir tous les mêmes canons de beauté, pour une époque et une espèce donnée.

 

 

Il existe une autre façon encore de définir la beauté : et l’idée vient de ce que l’on appelle l’effet pom-pom girl. Il a en effet été montré que nous avons plus tendance à être séduit par un individu lorsqu’il est représenté en groupe que lorsqu’il est seul car les défauts de l’un sont compensés par ceux de l’autre. Ainsi, la beauté absolue ne serait-elle pas simplement la fusion de tous les visages humains de la planète ?