[ Par Krystaelle Derette ]

Noël pointe doucement le bout de son nez et avec lui arrivent les catalogues de jouets des grandes enseignes. Les pages ciblant l’attention des petites filles sont roses. Celles des garçons sont bleues. Les clichés ont la peau dure et pourtant il est possible de les faire évoluer.

Couleur et question de genre
Qui n’a jamais remarqué le fond bleu derrière une voiture télécommandée ou une petite fille qui joue à la poupée toute habillée de rose dans les catalogues de jouets ? L’association du bleu aux garçons et du rose aux fille n’a cependant pas toujours été chose évidente. L’étude des écrits du Moyen-Age montre que la couleur apparentée aux garçons dans les trousseaux de naissance était le rose. C’était alors un symbole de virilité et de force. Le bleu, représentant la douceur et les divinités, est attribué aux filles. Dans le même temps, les jeunes enfants portaient du blanc – symbole de pureté – et des robes jusqu’à l’âge de 6 ou 7 ans, et ce quelque soit leur sexe. Les couleurs ne sont à cette époque pas liées au genre de l’enfant. Mais alors, pourquoi est-ce le cas de nos jours ? Selon un article de Philippe Vandel datant de 2013, Madame de Pompadour – favorite de Louis XV – ramène la couleur rose dans la décoration du château de Versailles. C’est ainsi que le rose se retrouve être la couleur associée aux filles, à la délicatesse et à la douceur. Or, si les idées reçues sur les couleurs ont déjà évolué, il est possible de les faire changer à nouveau.

Le rose : une couleur de fille
Selon un article de Brut publié en décembre 2017, la différence du genre par les couleurs est toujours très présente dans les catalogues de jouets de Noël 2017. Faire évoluer les stéréotypes n’est donc pas encore dans les priorités des enseignes. Cependant, le visionnage de dessins animés, même anciens, indique que le changement a commencé doucement, de manière subtile. Qui s’est déjà rendu compte que la plupart des princesses Disney portent du bleu ? Et pourtant : Jasmine, Cendrillon, Aurore, Ariel, Elsa ou encore Rebelle, elles sont toutes en bleu ! Un moyen de montrer aux filles que cette couleur n’est pas réservée à leur frère ou cousin et qu’elles peuvent se l’approprier. Selon Leatrice Eiseman, directrice de l’institut Pantone Color, le bleu n’a pas été choisi de manière anodine. En effet, c’est un bon procédé pour dire que les filles peuvent être fortes, courageuses et loyales de la même façon que les garçons. De même, dans les années 60, un mouvement de libération des femmes prône le retour des vêtements unisexes. Comme quoi, avec encore de la persévérance et des idées, il est possible de changer les clichés