[ Par Marie Gasnier ]

 

A la base, les vêtements répondent au besoin primaire de nous protéger du froid et des agressions des différentes pollutions physiques. Cependant, dans notre façon de nous habiller, nous établissons aussi des différences, nous exprimons nos besoins d’identité. Comment les inégalités sur le droit de s’habiller font et défont les relations femmes-hommes ?

Choisir ma manière de m’habiller et alors ?!
Choisit-on sa façon de s’habiller ? Oui et non. Certains vêtements sont plus ou moins chers, correspondent plus ou moins à nos goûts, mais ce n’est pas tout. Chacun a des moyens financiers différents et dépendent parfois d’autres personnes : par exemple nos parents. On peut aussi choisir ses vêtements en fonction de ses moyens, dans une grande surface ou dans un autre magasin. Ensuite, les vêtements que nous portons sont le fruit d’une histoire, d’une mode et d’une époque. Nous ne portons pas la même chose aujourd’hui qu’auparavant, même si les modes peuvent revenir, comme les jeans troués par exemple. Enfin, nous portons des vêtements bien souvent pour appartenir à une classe, à un groupe ou au contraire pour nous démarquer des autres. A ceci, ajoutons qu’il existe une dernière influence sur notre façon de nous vêtir : le genre.

L’enquête
La manière de s’habiller entraîne des situations qui peuvent parfois dégénérer. J’ai voulu interroger des jeunes et des adultes dans mon entourage pour savoir si certains avaient vécu ces moments difficiles en raison de leur manière de s’habiller. C’est le cas de Timéo. Il témoigne : « Ils étaient 6 ou 7 autour de moi, il y avait des filles et des garçons, ils m’ont traité de fille parce que mon pantalon était trop serré et trop court pour eux. Alors que mon pantalon était taillé comme ça, je l’aimais comme il était. Je me sentais à l’aise dedans. Mais maintenant à cause d’eux, je n’ai plus envie de le porter ce pantalon. Mais c’est aussi à cause d’eux, que j’ai changé ma manière de m’habiller. Mais je n’ai quand même pas peur d’eux. » 

Timéo nous montre, ici, comment le regard, les paroles d’un autre à travers une scène humiliante, peut conduire quelqu’un à changer complètement son ou ses comportements ou sa façon de faire, sa manière d’être. Ici, sa liberté de s’habiller comme il le souhaite a souffert du manque de respect des autres.


La peur de certaines femmes
On a toutes et tous le droit de porter ce que l’on aime, ce que l’on a choisit. Pourtant, si une fille porte une jupe, elle va être taxée du qualificatif de « chaude », si elle porte une robe, elle sera sûrement critiquée de manière similaire. Si elle met un pantalon trop moulant, on lui dira : « Toi, tu veux attirer les mecs ? » A l’opposé, si elle porte un pantalon trop large, on va lui dire que c’est un « garçon manqué ». Si un garçon porte un pantalon trop serré ou un petit peu court, on dira de lui, qu’il s’est trompé de pantalon, ou qu’il a un pantalon de fille. Alors que tout simplement le pantalon qu’il porte a un style particulier, comme tous les autres pantalons.

Les femmes peuvent avoir du mal à dire STOP, dans certaines situations, mais ce n’est pas pour autant qu’il faut continuer à accepter. Parfois le choix d’un habit peut faire croire à certaines personnes que « la porte est ouverte » aux mots ou aux attitudes vexantes. Quel que soit le vêtement que nous portons, nous nous exposons à une critique, alors restons nous-mêmes. Et tâchons de faire en sorte que cela soit de moins en moins le cas en accueillant chacun dans sa manière de se vêtir.