[ Par Sarah Antri ]

Parler à cœur ouvert : c’est ce qui manque à notre société. Les adultes, en vieillissant, font face à des responsabilités, des épreuves de la vie qui ont tendance à les marquer. Et plus il y en a, plus ils deviennent pessimistes et perdent parfois espoir. Mais ce n’est pas en se plaignant et en restant pessimiste que l’on pourra changer le monde, ou du moins celui dans lequel on vit. “Bonne année à tous et tous mes vœux de bonheur “ ! Vous avez sûrement déjà pensé à des résolutions pour la nouvelle année. Mais au bout d’une semaine ou deux, elles sont souvent oubliées.

Il suffirait d’un petit effort de chacun
Et si pour une fois, on les appliquait ? Et si pour une fois on tenait l’engagement que l’on avait pris ? Peut-être qu’en faisant déjà cela, on ferait avancer le monde à notre façon car même un petit geste peut prendre une grande ampleur.
L’année dernière n’était clairement pas la meilleure que le monde ait connue. Du point de vue économique, avec les gilets jaunes qui manifestent contre la hausse des taxes sur certaines choses. Du point de vue écologique : depuis le premier août l’humanité consomme plus de ressources naturelles que la Terre peut renouveler en un an et il nous faut à présent 1,7 de Terre pour vivre en un an. Du point de vue politique, par rapport aux menaces de guerres entre la Corée du Nord et les États-Unis.

Pourquoi ? Parce qu’on a beau vivre dans des pays démocratiques, il n’y a pas forcément d’écoute sincère et c’est pour cela que les gens se mettent en colère, même si ce n’est pas la meilleure chose à faire. Il faut trouver des solutions ensemble. Car tout combat qui part de la violence générera des problèmes plus tard. Pour des adolescents, ce n’est pas si facile de se dire qu’on va bientôt rentrer dans la vie adulte alors qu’il se passe ce genre de choses.

Une classe est le laboratoire d’une société
Pourtant, il suffirait d’un petit effort de chacun pour transformer ce cercle vicieux en cercle vertueux. Commençons déjà par arrêter de penser individuel pour penser collectif. C’est notre intérêt à tous. Réapprenons à écouter, se respecter et vivre ensemble. Réapprendre le vrai sens de la démocratie.
Une classe est le laboratoire d’une société où l’on n’apprend pas juste des leçons de maths mais aussi des leçons de vie et à vivre ensemble. C’est pour ça que je participe à la revue citoyenne Médiaparks. Peut-être que si nous, des collégiens de 13 ans, nous arrivons à vivre dans cette diversité et dans cet état d’esprit, c’est que vous les adultes, vous le pouvez aussi.